Le yaourt va-t-il sauver notre intestin ?

141

Des bactéries dans l’intestin

L’intestin renferme quelques 100 000 milliards de bactéries pour constituer un « microbiote » individuel unique. On a chacun le sien et il évolue en fonction de ce qu’on mange. Or c’est d’après les scientifiques*, une des clés de notre bonne santé : des études sur les souris ont par exemple très clairement montré que l’obésité est liée à une flore intestinale assez pauvre, peu diversifiée. Si, par l’alimentation, on arrive à rééquilibrer cette flore, les souris arrêtent de prendre du poids….

Et ça n’est pas qu’une question de silhouette puisque les maladies cardio-vasculaires, certains cancers, le diabète… sont des corollaires du surpoids. Par ailleurs, on sait que le bon équilibre de la flore intestinale joue également sur notre capacité à réguler le stress. 

Et le yaourt pour l’intestin ?

Comme tout lait fermenté, le yaourt contient des souches de ferments lactiques, des lacto-bacilles, comme on a en plein dans l’intestin. Le calcul est simple : si on mange des yaourts, on renforce ses troupes bactériennes au niveau intestinal. En réalité, le yaourt apporte des probiotiques, autrement dit des bactéries qui soutiennent celles qui sont en place mais elles ne s’y installent pas durablement.

A l’inverse, les prébiotiques sont des fibres qui viennent nourrir les bactéries indigènes et permettent leur prolifération et leur diversification. C’est donc vers ces prébiotiquesqu’il faut se tourner pour bichonner son centre opérationnel (notre intestin). On les trouve dans les artichauts, les pommes, les asperges, les lentilles, les pois, l’avoine, les graines et les noix.