La phytothérapie est fondée sur la connaissance de la botanique et de l’herboristerie. Chaque plante est étudiée tout comme ses bienfaits potentiels. Il faut déterminer comment et pourquoi faire appel à une plante. Utiliser les plantes est une forme de médecine douce, ce qui ne veut pas dire que ces méthodes soient sans danger.

Phytothérapie : Bien utiliser les plantes

Il existe différents types de plantes utilisées en phytothérapie : les plantes médicinales , les plantes aromatiques et les plantes alimentaires. Toutes ces plantes ont des bienfaits reconnus. C’est pourquoi elles sont utilisées. Cette utilisation est rendue possible grâce à une expertise qui permet de déterminer le rôle de chaque plante, comment utiliser cette plante et les dosages à respecter.
Même si certaines plantes comme l’arnica ou la fleur d’oranger sont utilisées auprès des nourrissons, la majorité des traitements phytothérapiques ne s’adresse qu’aux adultes. Des précautions sont également à prendre en cas d’affections, pendant la grossesse et pendant l’allaitement.

Phytothérapie : Dosage et posologie

Les plantes sont à utiliser avec précaution. Celles et ceux qui ne possèdent pas les connaissances nécessaires peuvent profiter de gélules parfaitement dosées, disponibles en pharmacie ou chez les herboristes. Les recettes à base de plantes peuvent être réalisées à la maison. Pour cela, vous devez vous procurer les plantes que vous souhaitez utiliser et respecter les dosages préconisés. En plus de respecter les dosages dans la réalisation de vos recettes type infusion, vous devez respecter la posologie.

Phytothérapie : les risques

Toutes les plantes ne sont pas exploitables. En effet, certaines plantes sont partiellement toxiques par leur tige, leurs feuilles, leurs fleurs, leurs racines ou leur pollen, voire totalement toxiques. Elles sont donc à bannir ! Aussi, si vous souhaitez récolter vous-même vos plantes, assurez-vous de bien les connaître. En cas de doute, c’est une fois de plus le pharmacien ou l’herboriste qu’il faut consulter.

A lire aussi : Régime liquide : méthode efficace pour perdre du poids

Parmi les plantes reconnues comme dangereuses, il y a entre autres la belladone, le colchique, le cyclamen, l’ipéca, le muguet, le pavot ou la santonine. Pour réduire les risques de toxicité, il est préférable de s’adresser à un herboriste. Ce dernier n’est pas autorisé à commercialiser les plantes toxiques.
Sachez enfin que la phytothérapie peut représenter un danger chez les personnes qui suivent un traitement médicamenteux. Il peut en effet y avoir des interactions plus ou moins dangereuses.