L’huile essentielle d’Ylang-ylang contre les baisses de libido

329

Une petite baisse de libido ? Pas de panique, ce n’est pas si grave ! Pour stimuler votre désir et retrouvez votre fougue d’antan, utilisez la fleur des fleurs… l’huile essentielle d’Ylang-Ylang : un puissant aphrodisiaque naturel.

Une odeur envoûtante

En diffusion, en bain ou encore en massage, certaines huiles essentielles permettent d’éveiller vos sens et de vous offrir un moment de détente sensuelle à deux.

La plus étonnante, dans ce domaine, n’est autre que l’huile essentielle d’Ylang-ylang à l’odeur suave, enveloppante, qui sait mélanger les senteurs de monoï et de fleurs tropicales.

L’Ylang-ylang possède des propriétés relaxantes associées à une diminution de la vigilance et des capacités sensorielles : elle permet donc de lâcher prise.

Alors laissez-vous aller et découvrez cette huile envoûtante…

Créer une ambiance romantique

Préparez un dîner romantique et laissez diffuser, pendant ce temps, dans la chambre à coucher, quelques gouttes d’huile essentielle d’Ylang-ylang, pour créer une ambiance romantique.

Ou encore, pour rompre avec la monotonie, pourquoi ne pas faire couler un bain dans lequel vous aurez mis quelques gouttes de cette huile essentielle? Rien de tel pour éveiller les sens…

Un massage érotique à l’huile essentielle d’Ylang-ylang

Diluez 2 gouttes d’huile essentielle d’Ylang-ylang dans un peu d’huile végétale d’Argan et faites-vous des massages, à deux, avec votre partenaire : retour de la libido garanti !

Ce massage peut être fait sur tout le corps, mais n’hésitez pas à insister sur le bas du dos pour les hommes et sur le bas du ventre chez les femmes, pour stimuler encore davantage l’éveil des sens.

Astuce

Certaines personnes trouvent que les fragrances de l’huile essentielle d’Ylang-ylang deviennent vite entêtantes.

Dans ce cas, n’hésitez pas à la mélanger avec de l’huile essentielle de mandarinier pour nuancer son odeur.

Précautions d’emploi

L’huile essentielle d’Ylang-ylang ne doit pas être utilisée chez la femme enceinte ou allaitante, ni chez les personnes épileptiques.