Le spermogramme est un examen facile à réaliser et qui peut renseigner d’une façon efficace sur la fertilité masculine. Pour que l’analyse soit fiable, le recueil doit être fait dans de bonnes conditions, de préférence au laboratoire, et l’analyse doit être effectuée dans une structure habituée à ce type de prélèvements.

Cinq questions pour tout savoir et tout comprendre du spermogramme.

Votre partenaire a consulté un andrologue qui lui a prescrit un spermogramme ? Vous connaissez des soucis de fertilité et vous êtes soumis simultanément à des examens de fertilité ? Identifier les causes de stérilité est un passage obligé avant de se lancer dans un programme de fertilité ou une procréation médicalement assistée et le spermogramme est un examen incontournable pour l’homme.

A quoi ça sert ? Comment ça se passe ? Comment lire les résultats d’un spermogramme ? Détendez vous, on vous dit tout.

1- Un spermogramme, à quoi ça sert ?

Le spermogramme est un l’examen médical le plus important pratiqué lors d’un bilan de stérilité chez l’homme. Il permet de déceler l’infertilité masculine en étudiant le sperme d’un point de vue qualitatif et quantitatif. Un spermogramme sera réalisé aussi avant toute insémination artificielle.

A lire aussi : Comment utiliser une coupe menstruelle ?

Le spermogramme mesure avec précision des paramètres comme le nombre de spermatozoïdes, leur mobilité, leur taille et leur forme, le volume du sperme, ainsi que le dosage de certaines substances normalement présentes.

2- Spermogramme : Comment se déroule l’examen ?

Une abstinence sexuelle de 3 ou 4 jours doit précéder le spermogramme. De plus, il est conseillé d’éviter les bains chauds dans les jours précédents afin d’avoir une quantité et une qualité optimum de sperme.

Ou pratiquer un spermogramme ?

Au laboratoire d’analyse, dans un centre de PMA ou auprès du laboratoire spécialisé qui vous suit.

Spermogramme : Comment se passe le prélèvement?

Certains hommes sont réticents à l’idée de passer un spermogramme car la collecte de sperme n’est pas toujours très évidente. L’éjaculation est recueilli en laboratoire, où le patient, seul ou accompagné de sa partenaire, doit se masturber dans une pièce isolé et déposer son sperme dans un contenant stérile qui lui est fourni. Votre présence à ses côtés peut être essentielle, le milieu hospitalier ne proposant pas forcément un contenu érotique très fourni ! C’est un moment embarrassant pour nombre d’hommes mais le personnel du laboratoire est habitué et est là pour rassurer. Mis à part son coté un peu gênant, cet examen n’est ni douloureux ni contraignant.

Après le prélèvement

Votre homme sera fier de s’être pris en main et d’avoir contribué au bonheur futur de votre couple.
Le sperme est analysé dans les deux heures qui suivent la collecte. Plusieurs centaines de spermatozoïdes sont examinés au microscope afin de les classer (spermatozoïdes normaux et spermatozoïdes anormaux). Puis des analyses biochimiques du sperme sont entreprises.

3- Que mesure t on lors d’un spermogramme ?

Le spermogramme permet d’observer et de quantifier différentes données concernant le sperme :
– Le volume de l’éjaculat
– Le nombre de spermatozoïdes par millilitre d’éjaculat
– La mobilité et la vitalité des spermatozoïdes
– La morphologie des spermatozoïdes
– Le PH et la viscosité du sperme
– La présence d’agglutinats et de globules blancs dans l’éjaculat

4- Quelles anomalies peuvent être décelées par le spermogramme ?

Oligospermie ou oligozoospermie : concentration insuffisante de spermatozoïdes dans l’éjaculat.
Asthénospermie ou asthénozoospermie : mobilité insuffisante des spermatozoïdes.
Hypospermie : quantité d’éjaculat trop faible.
Azoospermie : absence totale de spermatozoïde dans le sperme.
Hyperspermie : volume d’éjaculat trop important.
Nécrospermie ou nécrozoospermie : spermogramme présentant un pourcentage de spermatozoïdes morts anormal.
Tératospermie ou tératozoospermie : Proportion trop faible de spermatozoïdes normaux.
Hémospermie : présence de sang dans le sperme.
Pyospermie : présence de pus dans le sperme.

Un seul test ne permet pas de donner des conclusions définitives : Le spermogramme doit être répété à 2 ou 3 mois d’intervalle et donner à chaque fois des valeurs semblables pour pouvoir être considéré comme pathologique.

5- Quelles sont les valeurs normales des paramètres d’un spermogramme ?

Paramètres et valeurs normales

Volume Supérieur ou égal à 2,0 ml
pH Entre 7,2 et 8,0
Concentration des spermatozoïdes Entre 20 et 250 millions / ml
Nombre total des spermatozoïdes Supérieur ou égal à 40 millions par éjaculat
Mobilité 1 heure après l’éjaculation Supérieure ou égale à 50% mobilité
Mobilité 3 heures après l’éjaculation Supérieure ou égale à 30% mobilité
Morphologie Supérieure ou égale à 30% de morphologie normale
Vitalité 75% de spermatozoïdes vivants à l’éjaculation
Leucocytes Inférieur à 1 million /ml d’éjaculat
Zinc 2,4 µmol /éjaculat
Fructose 13 µmol /éjaculat

 L’autre test de fertilité masculine fréquemment réalisé est le test de Hühner (test post coïtal). Cet examen , pratiqué sur la femme, permet d’étudier le nombre et le comportement des spermatozoïdes présents dans le vagin 8 à 12 heures après un rapport sexuel.
Il permet au-delà de l’examen du sperme de contrôler la consistance de la glaire en période ovulatoire