Comment allaiter un bébé ? quoi de plus naturel ? Pourtant, les conseils pratiques prodigués au sujet de l’allaitement maternel sont parfois contradictoires, voire confus. Afin de vivre les premiers mois de bébé en toute sérénité, petit rappel des cinq règles fondamentales de l’allaitement.

Comment allaiter un bébé : Donner le sein dès la naissance

Une première tétée réussie est la meilleure garantie du succès des tétées suivantes. Idéalement, cette tétée doit avoir lieu en salle de naissance, durant la séance de peau à peau (si la maman et son bébé vont bien). Les réflexes de « fouissement » (recherche du mamelon) et de succion sont en effet maximaux lors des deux premières heures qui suivent la naissance : c’est une phase d’hyper éveil. Et quel meilleur moyen de faire connaissance avec son bébé que de le garder sur soi et de le nourrir ?
Notre conseil : avant d’accoucher, faites expressément part à l’équipe soignante de votre souhait de donner une tétée précoce, voire avant le bain ou les différents soins post-naissance.

Comment allaiter un bébé : Oublier sa montre

Il faut tout simplement donner le sein dès que le bébé le demande, sans limitation, ni au niveau du nombre de tétées, ni de l’intervalle entre chaque tétée, ni de leur durée. L’allaitement à la demande est le gage d’une bonne lactation, qui comblera le bébé tant au niveau de ses besoins nutritionnels que ses besoins de succion ou de contact.
Aujourd’hui, l’on conseille même l’allaitement « à l’éveil » : il s’agit de proposer le sein dès que le bébé se réveille, sans attendre qu’il ne pleure pour exprimer sa faim.

[themoneytizer id= »12558-16″]

Notre conseil : gardez à l’esprit que l’allaitement maternel est différent de l’allaitement au biberon : au sein, vous donnerez forcément plus souvent à manger à votre bébé, car le lait maternel se digère plus vite. Laissez-vous guider par votre bébé et son appétit…

 A lire aussi : Bébé : Homéopathie et troubles digestifs

Comment allaiter un bébé : Résister aux biberons de complément

La montée de lait a lieu deux à quatre jours après l’accouchement. Entre temps, le bébé se nourrit du colostrum, un liquide très riche, qui couvre tous ses besoins. Pourtant, face à une montée de lait qui tarde à venir et à un bébé qui pleure, certains personnels soignants ont encore tendance à proposer des biberons de complément.
Erreur ! Ces compléments risquent de compromettre la mise en route de la lactation. Car, plus le bébé tète, plus il y a de lait. Bien repu par un biberon, il tète moins. Moins sollicités, les seins produisent moins de lait. Le bébé a donc faim à l’issue de la tétée, et la maman est tentée de lui donner encore un biberon… Début d’un cercle vicieux qui risque de mener l’allaitement à l’échec. Proposer un biberon, c’est aussi risquer la confusion sein/tétine, dont les techniques de succion sont fondamentalement différentes.
Les premiers jours, il est donc essentiel de stimuler les seins fréquemment, en faisant téter le bébé aussi souvent qu’il le souhaite. « Un biberon de complément doit avoir une indication médicale précise », explique Flore Marquis-Diers.

Comment allaiter un bébé ?

Notre conseil : si vous vous sentez très fatiguée et que vous souhaitez laisser votre bébé à la nursery de la maternité pour la nuit, précisez à la puéricultrice de ne pas lui donner de biberon de complément et, s’il a faim, de vous l’amener pour lui donner une tétée.

Comment allaiter un bébé : Adopter la bonne position

Une bonne prise au sein est le gage d’une bonne succion, qui permettra d’éviter douleurs de mamelons, crevasses et problèmes de lactation. Que vous souhaitiez être assise ou allongée, il existe plusieurs positions d’allaitement, mais toutes ont en commun ces impératifs : la maman doit être bien installée, le dos bien calé. Le bébé est face à elle, ventre contre ventre, pour ne pas avoir à tourner la tête pour téter. « L’ensemble du corps (tête, oreilles, épaules, hanches, chevilles) doit être dans le même axe », précise Flore Marquis-Diers. Le bébé a en bouche non seulement le téton, mais aussi une bonne partie de l’aréole.
Une bouche grande ouverte, une déglutition régulière après une salve de plusieurs mouvements de succion sont les signes d’une succion efficace.
Notre conseil : investissez dans un coussin d’allaitement si cela vous permet d’être à l’aise. Au moindre doute quant à votre manière d’allaiter, n’hésitez pas à faire appel à une conseillère en lactation qui, à la maternité ou à votre domicile, pourra vous observer et corriger votre position.

Comment allaiter un bébé : Etre motivée

S’il n’existe aucune préparation physique à l’allaitement, il est cependant judicieux de s’informer avant la venue du bébé, en choisissant bien vos interlocuteurs. Des réunions d’information sont proposées par différentes associations, comme la Leche League.
Le choix de la maternité joue également un rôle important. Choisissez une maternité reconnue pour ses bons conseils en matière d’allaitement (bouche-à-oreille, forums…). Pour le suivi de votre bébé, il est également préférable de choisir un pédiatre qui préconise l’allaitement ou, du moins, qui n’est pas pro-biberon. S’il vous demande de peser votre bébé avant et après la tétée, c’est mauvais signe !
Notre conseil : faites la sourde oreille aux avis et réflexions de votre entourage, surtout émanant de personnes qui n’ont jamais allaité ! « Tu n’as pas assez de lait ! », « Ton lait n’est pas bon ! », « Tu lui donnes encore le sein ? »… Préparez-vous à ce type de remarques et faites-y face sans laisser faiblir votre confiance en vous.
Et avant toute chose, comme le rappelle Flore Marquis-Diers : « Ecoutez votre enfant, écoutez-vous. »