Adopter un nouveau-né : L’adoption est une démarche qui bouleverse l’existence de toute une famille. Les aspects psychologiques et affectifs sont très présents dans cette nouvelle relation parents/enfants.

Adopter un nouveau-né : Votre désir d’enfant et l’adoption

Il ne faut pas confondre le désir d’enfant caractérisé par l’envie de s’épanouir en tant que parent, le sentiment d’en avoir besoin ou de faire évoluer son couple… et le désir d’adoption. Ce dernier peut émaner d’un sentiment altruiste ou bien faire suite de plusieurs tentatives infructueuses de procréation médicalement assistée. Pour faire face à l’histoire personnelle de chacun, n’hésitez pas à vous faire aider par des spécialistes : psychologues, psychiatres.

Adopter un nouveau-né : Les difficultés particulières des enfants adoptés

Les questionnements rencontrés avec un enfant adopté restent les mêmes qu’avec un enfant biologique. Cependant, la particularité de leur histoire donne une tonalité différente à certains aspects. L’abandon est un phénomène traumatique qui laissera forcément des traces, même infimes. Les enfants assimileront plus ou moins bien cette expérience. Dans tous les cas, il est conseillé de dire la vérité et de discuter des origines de l’enfant dès son plus jeune âge, même s’il peut être difficile pour les parents de trouver la manière et le bon moment pour en parler.

A lire aussi : Quels sont les premiers signes de grossesse ?

Plus l’enfant est jeune, plus son intégration est facilitée, mais aucune généralité n’est de mise. La période de l’adolescence présente quelques particularités pour les enfants adoptés. A la recherche d’autonomie, ils s’interrogent beaucoup sur leurs origines et la notion d’attachement. Pour les parents comme pour les enfants, cette étape est souvent plus difficile que dans le cadre plus traditionnel.

Adopter un nouveau-né : Le parcours de l’enfant avant l’adoption

L’adoption est un acte important. Avant que votre décision ne soit irrévocable, vous disposez d’un délai de 2 mois, période durant laquelle vous pouvez changer d’avis à tout moment. Dans ce cadre, une tutelle spécifique est organisée par le préfet, qui exerce alors les fonctions de tuteur. Le bébé est alors confié à la garde d’une assistante familiale agréée ou placé dans une pouponnière. Ensuite, si vous ne revenez pas sur votre décision de le faire adopter, il devient pupille de l’Etat et peut alors être proposé à l’adoption. L’enfant peut être adopté soit, par la personne à laquelle il a été confié (pouponnière ou famille d’accueil), soit, par des personnes agréées par le responsable du service de l’ASE.

Adopter un nouveau-né : Qui contacter ?

Pour confier l’enfant que vous attendez à l’adoption : contactez les services de l’Aide Sociale à l’Enfance dépendant de votre département. Ceux-ci vous accompagneront dès votre entrée à la maternité. Pour vous aider dans votre démarche et afin de murir votre réflexion, ne restez pas seule. Il est essentiel de parler. De nombreuses associations sont là pour vous aider.