La schizophrénie, est un trouble cérébral qui résulte d’un déséquilibre des systèmes chimiques du cerveau. La schizophrénie n’est pas synonyme d’un dédoublement de la personnalité. Elle concerne 1% de la population, et débute à l’adolescence ou chez l’adulte jeune (avant 30 ans), touche hommes et femmes à égalité.

Il en existe plusieurs formes , dont les symptômes sont plus ou moins discrets et comprennent l’agitation, le délire, les hallucinations, l’angoisse… Sa caractéristique principale est la perte de cohérence de la pensée et du comportement. Attention, il ne s’agit pas d’un trouble de la personnalité multiple, comme on le présente souvent mal à propos.

Les symptômes de la schizophrénie

Les symptômes se développent généralement progressivement, bien qu’ils puissent apparaître soudainement. Les amis et parents sont souvent les premiers à les relever.

Parmi les symptômes, citons:

  • les idées délirantes: le fait de croire que des gens complotent contre nous
  • les hallucinations: entendre ou voir des choses qui ne sont pas là
  • le comportement désorganiséSchizophrénie : causes symptômes diagnostic et traitements
  • des changements sur la façon de réagir au milieu environnant
  • l’absence d’expressions ou d’émotions
  • des problèmes de concentration
  • un discours abrégé dénué de détails
  • la difficulté de planifier en vue d’atteindre des objectifs
  • des problèmes de mémoire
  • de la confusion sur le plan de la réflexion et du discours
  • de la difficulté à tenir une conversation
  • des mouvements répétitifs (va-et-vient) ainsi que des comportements insensés.

Les personnes touchées peuvent devenir déprimées ou être victimes de sautes d’humeur, comme c’est le cas pour les troubles bipolaires. Elles présentent également un risque accru de suicide.

Schizophrénie : Médicaments et thérapie

Aujourd’hui, les traitements ont fait d’énorme progrès. Basés sur des neuroleptiques, qui permettent de diminuer fortement les symptômes, ils permettent le retour à une vie quasiment normale. Certes, des effets secondaires existent, mais ils peuvent être restreints. Ces médicaments ne suffisent pas seuls et doivent être accompagnés d’un soutien psychologique et éventuellement d’une thérapie familiale. Plus le traitement débute précocement, meilleure est son efficacité. De même il doit être scrupuleusement suivi car Schizophrénie : causes symptômes diagnostic et traitementsl’arrêt entraîne généralement, dans un délai de quelques jours à quelques mois, des crises ou des rechutes. Le traitement doit être pris en continu durant plusieurs années, voire toute la vie. Le suivi au long cours en consultation est donc indispensable.

Les médicaments utilisés pour traiter la schizophrénie appartiennent à la classe des neuroleptiques qui regroupe les neuroleptiques classiques et les antispychotiques atypiques. Ils agissent sur de nombreux types de récepteurs cérébraux. Parmi les nombreux médicaments disponibles, il faut distinguer la dernière génération : les antipsychotiques dits atypiques. Ces derniers ont permis d’améliorer considérablement la prise en charge de la schizophrénie car ils réduisent le risque d’effets secondaires extrapyramidaux (rigidité musculaire, tremblements, etc.) qui peuvent être très invalidants. Les trois neuroleptiques atypiques les plus prescrits sont dans l’ordre le Zyprexa, le Risperdal et le Leponex.

Schizophrénie : Neuroleptiques et antipsychotiques

Les traitements ont pour but de réduire les symptômes et de prévenir les rechutes, et doivent être pris à long terme. La première classe qui peut intervenir dans la prise en charge de la schizophrénie est celle des neuroleptiques, qui peuvent agir chacun sur l’un des aspects de cette maladie (agitation, hallucinations…). Ils ont malheureusement des effets secondaires gênants et souvent mal tolérés par les patients (prise de poids, somnolence, sécheresse de la bouche, raideur musculaire, tremblements…) qui peuvent souvent conduire à un manque d’observance.

A lire aussi :Santé des ongles : Ce que révèlent vos ongles sur votre état de santé

Les antipsychotiques (ou neuroleptiques atypiques) sont une classe plus récente de médicaments, qui entraînent généralement moins d’effets secondaires.

Dans tous les cas, des médicaments peuvent être ajoutés, justement pour lutter contre ces effets secondaires.

D’autres psychotropes peuvent aussi agir sur les troubles de l’humeur, la dépression, l’insomnie…

Ces différents traitements peuvent être pris par voie orale mais aussi sous forme d’injection intra-musculaire. Un certain temps peut être nécessaire pour trouver la dose adéquate permettant de traiter les symptômes avec un minimum d’effets secondaires.

Un soutien psychologique doit toujours accompagner la prise de médicaments.  Il peut s’agir de psychothérapie de soutien et d’accompagnement, de psychanalyse, de thérapie cognitivo-comportementale, thérapie sociale, de thérapie familiale…